David Enrique, le nouveau pipier français

par Erwin Van Hove

16/04/07

Pour les lecteurs du forum Fumeurs de pipe, point besoin d’introduire cet espoir de la pipe française qu’est David Enrique. Bien évidemment vous connaissez ce jeune artisan fraîchement installé dans son propre atelier, pour avoir lu ses fréquentes interventions dans le groupe de discussion qu’il contribue à animer de son franc-parler, et pour avoir visité le site web où il présente ses pipes : enriquepipes.com/ . Si, par contre, vous venez de débarquer après un long séjour sur Mars et que vous voulez en savoir plus sur ce nouveau pipier établi à Saint-Claude, je vous conseille de découvrir son parcours personnel ici : presentation.htm .

Je vais vous faire un aveu : quand fin 2004 David a présenté en public sa toute première pipe passablement mal foutue et qu’il a accueilli les applaudissements des membres de Fumeurs de pipe, j’ai hoché les épaules : encore un qui se prend pour un pipier ! Et de surcroît un Français, ce qui n’arrange rien quand on aspire à devenir artisan pipier haut de gamme ! J’étais tout à fait à côté de la plaque. A peine un an et demi plus tard, j’ai moi-même présenté à Frank Axmacher et à Bertram Safferling deux pipes entièrement faites main de David. Ils les ont examinées. Ils les ont approuvées. Et quand ils m’ont demandé depuis combien de temps ce jeune Français pratiquait, ils étaient vraiment impressionnés. Pareil pour le grand Cornelius Maenz : après avoir inspecté quelques pipes de David, il l’a sincèrement félicité. Quelques mois plus tard, même réaction chez cet épris de perfection qu’est Will Purdy. Et récemment, au moment où David était en train de faire un stage dans l’atelier de Heiner Nonnenbroich, celui-ci m’a confié qu’il appréciait tellement travailler avec le jeune apprenti, qu’il les verrait bien former une équipe à l’instar de Per et Ulf ou de Vollmer et Nilsson. Vous l’aurez compris : c’est que ce Sanclaudien adoptif a du talent. Et, denrée ô combien rare dans la ville jurassienne, la volonté de voir plus loin que le bout de son nez, de regarder au-delà des frontières, d’apprendre, de se remettre en question, de progresser.

Je possédais trois pipes de David : une billiard sablée classique faite à partir d’un ébauchon pré tourné et deux pipes entièrement faites main, une variante cutty lisse et une zulu rustiquée. Ces pipes n’avaient pas à rougir devant leurs petites cousines avec lesquelles elles partagent cabinets et râteliers : bien taillées avec des lignes et proportions harmonieuses, techniquement bien exécutées, soigneusement montées, équipées de tuyaux finement travaillés avec des becs confortables, elles se fumaient parfaitement bien. Du bon travail. Cependant, quoique j’aie toujours fait de mon mieux pour soutenir et encourager David, j’avais pris la décision de ne pas lui consacrer d’article. Pas encore. Parce que je jugeais qu’il était trop tôt, qu’il progresserait encore.

Voilà que ma quatrième pipe, une pencil shanked poker que je lui avais commandée, vient d’arriver dans une belle pochette personnalisée et accompagnée d’un mignon bourre pipes en bruyère. Cette fine et élégante poker, je l’ai soigneusement examinée et je l’ai fumée. Pas de doute : le progrès escompté, et bien David vient de le réaliser. Déjà. A mes yeux, ce n’est plus un amateur doué. Dorénavant, c’est un authentique artisan pipier. Rien à redire : dans sa fourchette de prix, cette nouvelle pipe est irréprochable et présente un rapport qualité/prix difficilement battable.

David a un atelier bien équipé, il a trouvé une cabine de sablage performante, il s’est assuré une excellente source d’approvisionnement en bruyère, il travaille uniquement avec des barres d’ébonite et de cumberland allemandes de qualité supérieure. Il a des contacts avec des pipiers établis et sous peu il fera un stage chez Frank Axmacher. Il a un site web avec une version anglaise et au pipe show de Rheinbach il présentera ses produits aux amateurs allemands. Bref, David est désormais prêt à conquérir une clientèle internationale.

Et vous ? Oui, vous les Français. J’espère de tout cœur que vous allez soutenir ce garçon qui a tout quitté pour perpétuer l’artisanat pipier à Saint-Claude, tout en en fécondant les séculaires traditions avec les apports d’une approche résolument contemporaine qui s’inscrit dans le mainstream international. En vous offrant une des pipes de David Enrique, non seulement vous découvrirez un outil de fumage fabriqué dans un esprit perfectionniste, vous aurez également le mérite d’épauler et de promouvoir l’artisanat bien de chez vous. Cocorico.