Tonino Jacono

Le premier contact entre Tonino Jacono et la pipe est un rendez-vous manqué : l'objet ne l'intéresse pas, ce qu'il y fume encore moins. Ce n'est qu'après ses études que Tonino va épouser la fille d'un coupeur de bruyère. Poussé par sa belle famille, il s'essaie de nouveau à la pipe.

En 1981, il rejoint son beau-père et son beau-frère. Ils se partagent les tâches : son beau-père coupe la bruyère et choisit les ébauchons, son beau-frère les taille, et Tonino s'occupe des finitions. Le pli est pris.

En 1983, il crée sa propre marque, quitte la Calabre et revient travailler dans son village de Jesi. Il travaille toujours avec de la bruyère de Calabre, pour lui la meilleure au monde. Ses tuyaux sont toujours en acrylique. Et ses bagues sont en argent ou en bois exotiques.

Il participera aussi à l'aventure des pipes McCranie : le propriétaire de ce magasin dessine les formes, Tonino taille la bruyère et la rustique, Bill Ashton-Taylor les sable et s'occupe des finitions.

Il laisse sa bruyère reposer 4 à 5 ans avant de la travailler, et produit entre 250 et 300 pipes par an - ce qui n'est pas si mal pour un sportif qui prend encore le temps de faire du vélo, de la marche, des marathon, ou des promenades de 250 km au Sahara ...

Ses pipes sont marquées d'une barre et d'un point en bruyère, un "j" stylisé, et de JACONO ~ HAND MADE ~ ITALY. Sa gradation reprend les noms des pièces du jeu d'échec : Knight ou Knight E pour les pipes rustiquées, Bishop et Bishop E pour les semi-rustiquées, puis pour les lisses : Rook, Jack, Queen, Queen E, Queen EE, King, King E. Plus la marque Checkmate pour les modèles de taille inhabituelle.