David Wagner - Baff

David Wagner est né en 1968 en Autriche. Comme il a la vocation, c'est à quatorze ans qu'il fume sa première pipe. Il travaille d'abord sur des ébauchons précoupés, occupation qui le passionne et le déçoit en même temps. C'est qu'il se rend vite compte que pipier est un art qui ne s'apprend pas en quelques semaines.

Il part donc faire son apprentissage auprès de Franz Von Matt et Rainer Barbi. Il commande des plateaux en Espagne et se remet au travail. Mais là encore, il veut encore approfondir le sujet, et rencontre un autre pipier autrichien, Josef Prammer. Il peut maintenant, son apprentissage fini, se lancer et chercher son propre style.

Sa bruyère vient maintenant en grande partie de Calabre, et il utilise aussi bien l'ébonite, que l'acrylique, ou des résines qu'il crée pour l'occasion.

Pour les bagues, cela peut être aussi bien de la corne, des bois exotiques, ou l'argent.

Il préfère les mélanges anglais, les tabacs Dunhill, Rattray ou Peterson.

Son inspiration est dictée parce que va lui offrir la bruyère, et ce perfectionniste fabrique environ 150 pipes par an.

A noter qu'il propose aussi des pipes sur mesure, on choisit d'après un modèle, taille du fourneau, ajout de bagues, etc.

En mars 2009, David présente sa nouvelle marque, Sven, uniquement composée de formes classiques.





"Mon opinion est qu'une pipe devrait avoir un bon flux d'air, ce qui signifie, pour moi :

  1. Un tenon aussi long que la mortaise
  2. Un tenon chanfreiné (je crois que c'est le mot juste)
  3. Un canal d'air si possible ouvert (4 mm tout le long, de la tête de la pipe au début du V) - donc, pas de perçage conique - si je tire sur une pipe vide, je peux entendre si le flux d'air est bon. Le V doit laisser passer autant d'air que le perçage qui le précède - sans quoi on a un col de bouteille et de l'air humide
  4. Un V très profond (environ 2 à 2,5 cm si possible) pour réduire l'effet "col de bouteille" - plus le V est profond, meilleur c'est, selon moi - parfois, je le fais à 3 cm.
  5. Si vous utilisez de l'ébonite, alors prenez la meilleure possible (à faible taux de soufre)
  6. Le test de la chenillette devrait être OK, au moins pour les pipes sans filtres.

Mais, comme chaque pipe et chaque fumeur sont différents, les fumeurs doivent apprendre à bourrer et à fumer chaque pipe - pour finir, mais pas le moins important - les préférences personnelles sont la chose la plus importante. Les 6 points ci-dessus sont ma propre philosophie. "